dimanche 23 juillet 2017

En me baladant un dimanche sur Instagram, je tombe sur de la broderie, de jolies choses encadrées directement sur leurs tambours. J’ob...

May Monstera de Sarah K. Benning

Aucun commentaire:
 

En me baladant un dimanche sur Instagram, je tombe sur de la broderie, de jolies choses encadrées directement sur leurs tambours. J’observe, je trouve ça très joli et délicat, et j’aime l’idée que le support de travail devienne l’objet exposé. Je fouille un peu et je tombe rapidement sur le compte de Sarah K. Benning. Elle est depuis devenue pour moi la papesse de la broderie green & jungle ! Son blog est également génial, filez y faire un tour !

Ses créations sont canons, des petites simples aux très grosses et très complexes, j’aime le détail et la finesse. Ces créations sont régulièrement sold out sur son shop Etsy (et le prix de ces petites merveilles est plutôt élevé aussi), mais elle propose un kit de démarrage par mois (à environ 17€), pour débutant : un pdf complet de 10 pages, avec un modèle qu’elle a dessiné et toutes les astuces et consignes pour réaliser le modèle soi-même, même si comme moi, on n’a jamais fait de broderie !

Je valide mon achat & récupère dans la foulée mon modèle pdf. Pour une obscure raison, j’ai depuis des années dans mes affaires de bricolage un tambour de broderie (dont je ne connaissais jusque-là que vaguement l’utilité). J’ai déjà beaucoup de fils DMC à la maison, dont une dizaine de nuances de vert ; et j’avais des aiguilles de broderie dans un kit d’aiguilles. J’ai aussi dans un coin une chute de tissu, un lin beige qui sera parfait. En gros, je n'attendais plus que ce kit, sans même le savoir !

Matériel :
1 tambour de broderie
Du tissu (coton, lin, etc)
Des fils de broderie de la couleur de votre choix (j’ai une préférence pour les fils DMC)
Une aiguille à broder
1 feutre effaçable à l’eau / 1 craie de couture


Je suis pas à pas les consignes de Sarah, et les choses se sont assez bien passées ! Au tout début, j’ai quand même eu un doute, Sarah indique que l’idéal est de travailler avec le point de satin (« satin stitch »), comme ci-dessous ; mais sur son pdf, elle nous montre l’arrière de son ouvrage, qui ne ressemble pas du tout au recto ! Je suis un peu perdue, je me dis que je ne comprends donc pas le point. Je lui ai fait un petit mail (en anglais) pour qu’elle dissipe mon doute, et j’ai eu une réponse le lendemain (hyper efficace !).
En effet, elle conseille le point de satin pour débuter (comme expliqué ci-dessous) : mais pour « économiser » du fil, elle pique autrement (point de satin classique : 1-2-3-4, « méthode Sarah » : 1-2-4-3). Elle re-pique donc au verso directement à côté du point qu’elle vient de faire.
Au final, je ne suis pas complètement satisfaite du résultat, ce n’est pas très régulier, un peu grossier par endroits également. J’ai brodé avec les 6 brins des fils DMC, et travailler avec seulement 3 aurait permis un rendu plus délicat. Je n’ai pas brodé chaque feuille de la même manière, cherchant un peu la meilleure façon de faire, et globalement, je manque de finesse de réalisation sur cette pièce. Mais je l’aime beaucoup !

J’ai adoré la « simplicité » de réalisation, attention, ce travail m’a tout de même pris quelques heures, mais ce n’est pas complexe. Si vous cherchez plus de difficultés, elle propose un kit pour les plus avancés, également tous les mois. J’aime aussi beaucoup l’idée de liberté : elle le dit elle-même, trouvez ce qui vous fait kiffer, votre façon de faire, pas de règles académiques dans ses broderies, il faut y trouver son plaisir !

C’est ma première broderie et je crois que j’aime travailler les fils sur une toile. J’en ai d’ailleurs fait d’autres depuis (dont le tambour pour nos alliances de mariage), et j’en ai encore une autre en cours !


Crédits photos : Atelier p and b

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire